dimanche 23 février 2014







J'ai reçu un SMS 
que vous livre tel que 

Il est Dimanche 23 février midi,
 je me réveille, 
il fait 13 degrés. 
Je sais que tu attends de
mes nouvelles depuis plusieurs semaines
de pluie et de vent.
Comme toi j'avais hâte de voir un rayon de soleil,
c'est chose faite.
Ne t’inquiète pas j'ai pris un peu d'avance
pour être encore plus tôt avec toi.
Je sais bien que je vais te donner de quoi t'affairer
mais je te promets de venir embellir tes journées.
Dis à jp
qu'il peut lui aussi penser à se libérer, 
qu'il me tarde de passer des dimanches avec lui.
Je te connais si bien que je sais que tu as déjà préparé ton appareil photo pour mon arrivée.
A très bientôt, 
je prendrai soin de toi 
autant que tu prendras soin de moi.


La nature.






















ma réponse :

C'est vrai nous sommes impatients, 
pourtant certains de te revoir,
le temps  parait long.
Prend garde au froid, il n'est peut être pas si loin.
On se dit à très vite.
Viens les mains vides, le plus beau cadeau c'est toi.




6 commentaires:

Anonyme a dit…

quel bel hymme au printemps on guette c'est sur toutes les lèvres dans toutes les conversations et dans chaque recoin de nature patience patience.... nous lui ouvrons nos portes
nathalie

calinquette a dit…

Il est bon de se réveiller avec un si beau message ! La nature est trop en avance. Ca fait peur ! Belle semaine. Bisous

Catherine a dit…

Merci de nous avoir transmis ce sms ...tu en as de la chance de recevoir des mots doux de la Nature!
oui j'ai hâte aussi de voir le printemps s'installer et pourtant j'aime l'hiver, mais cette année c'est un drôle d'hiver qui nous a été donné... belle journée Régine !

sophie a dit…

c'est vrai que nous sommes impatients et qu'il faut laisser la Nature se réveiller à son rythme!
belle semaine
gros bisous
sophie

Frédérique a dit…

Un petit mot... juste pour dire que j'ai trouvé cela très beau, très émouvant. Mais ici, la douceur de mots et la beauté des choses sont souvent au rendez-vous... Amitié. Frédérique

Sara Bagés a dit…

Un beau billet qui nous emmene des la fragilité de l'hiver à l'abondance du printemps, que nous attendons, déjà, avec de l'impatiente.
Bisous.