jeudi 19 mars 2015






C'est le printemps demain,
pour le moment le printemps pleure ! il pleut.

Le dernier printemps où monsieur n'en profite pas.
Ce moment attendu avec grande impatience
est entrain de devenir le plus terrible de ses cauchemars
parce qu'il devient réalité.

Plus de jeunes médecins ne veulent s'installer,
ils veulent faire des remplacements temporaires, 
ils veulent travailler moins, avoir des horaires sympas,
une vie famille non perturbée par les urgences
et le portable qui sonne pas à toute heure
et ils ont sans doute raison, d'autant que la profession
se féminise de plus en plus.



Alors le 1er juillet, monsieur va mettre la clé sous le paillasson !
C'est bien pire .... pour les patients
sujet de conversation numéro un dans le village.
Les autres médecins ne peuvent pas prendre
davantage de patients, parce que déjà débordés
et parce que deux d'entre eux vont aussi prendre leur retraite
d'ici deux ans.

Alors on fait quoi ?
Le Dr reste jusqu'à 72 ans comme on va le proposer 
aux médecins hospitaliers ! 
il part, il reste, il part, il reste
voilà nos discussions qui occupent pour le moment
tous nos tête à tête.

Nous organisions déjà nos journées l'un avec l'autre 
et l'un sans l'autre !! si si les copines ....
avec une liste pas encore rédigée mais déjà bien préparée.
Des petites filles et petit garçon dont nous aimerions nous occuper davantage et ensemble, et nos parents.
Nous avons déposés bien évidemment les annonces sur des sites spécialisés, sauf un "le bon coin" .....

MERCI madame la ministre !
d'encourager les médecins  comme vous venez de le faire.
Pour le coup votre savoir faire est exemplaire.
Ils ont tous envie d'arrêter. Merci !
C'est bien gentil de donner accès aux soins à tout monde
mais si nous n'avons plus de médecins ..... qu'allons nous faire.

Les médecins qui partent en retraite ne sont pas remplacés,
pas de volontaires, 
ceux qui restent se fatiguent encore plus vite compte tenu 
 du nombre de patients  dont ils ont à s'occuper.

Surtout ne pas être saisie d'une maladie grave
dans les prochaines années.

Madame Marisol auriez vous oublié que le cancer
est toujours parmi nous, que la durée de vie 
s'allonge mais pas forcément dans les meilleurs conditions,
que l'on écourte au maximum la durée des hospitalisations
après une intervention, et que l'on vous renvoie à la maison
sans forcément se préoccuper des conditions...... 
et j'en passe ! 
La priorité est aux économies, aux restrictions budgétaires
des hôpitaux tant au niveau des équipements que du personnel.






Voilà, j'avais besoin de vous  dire parce que le poids est lourd.

HELP !
si vous connaissez un médecin qui voudrait
s'installer à 30 minutes de Lille ....
Bouts de tissu accepte bien volontiers de continuer à lui 
décorer son cabinet !

Demain c'est l'arrivée du printemps
et j'irais bien volontiers apporter cette petite touche
de fraîcheur dans la salle d'attente.

MERCI les filles de m'avoir lue jusqu'au bout.
À bientôt.
Bouts de tissu et bout de docteur .





25 commentaires:

Jackie a dit…

Je comprends ton "coup de gueule" .La situation est encore pire en milieu rural, un seul médecin pour plusieurs villages, débordé, trop souvent sur les routes...et à que l'on oblige à travailler et cotiser toujours plus,
Belle fin de soirée et à bientôt

Françoise de M a dit…

Bonjour Regine , je comprends mieux votre silence ... Mais c est le genre humain que je ne comprends plus . Les jeunes gens ne veulent plus donner de leur personne . Comme dit le proverbe : le beurre ét l argent du beurre ! Ils ont peut être raison , peut être auraient ils besoin d être entendu ???? La faute a qui ?a quoi ? Il y a des professions qui devraient être respectées . Les gouvernements se succèdent avec leur lot de réformettes ét tout se complique davantage .....
Oui ce doit être compliqué de prendre des décisions définitives , peut être faut il penser à soi ???? Après avoir passé une vie à penser aux autres ???? Bien difficile tout ca ,,,
Je ne peux que vous envoyer du soleil , ét des pensées positives .
Francoise

Christine a dit…

Une situation dramatique ... j'espère que vous trouverez une solution..ou plutôt un futur gentil médecin qui sera dévoué ... Bises

nouchka bautista a dit…

Très touchée par ce message.......Je me souviens de médecins de famille qui pratiquaoent jusqu'à n'en plus pouvoir, de médecins hospitaliers spécialiés, dont une en neurologie et psychiatrie qui étaient affolée à l'idée d'être contrainte parce qu'elle avait atteind l'âge de la retraite d'abandonner ses patients en plein traitement.......Quand à la médecine pour tous encore un beau mensonge........et ça je peux aussi en témoigner ! Alors je vous souhaite bon courage à tous deux et espère que vous trouverez un jeune médecin qui aura choisi son métier par vocation.........

Catherine a dit…

Je veux croire de toutes mes forces que tous les jeunes médecins ne sont pas individualistes, oserais-je dire égoïstes? et que l'amour de leur métier , leur vocation, s'il y a bien un domaine où la vocation compte c'est bien celui-là non? les fera s'installer là où on a besoin d'eux... j'espère que ton mari trouvera très vite un successeur ce qui lui permettra de vivre sereinement ces mois à venir et de préparer tranquillement avec toi sa retraite amplement méritée ...courage, les beaux jours reviennent et les idées vont s'éclaircir... bises

Gribouille a dit…

Bravo pour ce message!Que je comprends tellement!Deux de mes frères sont médecins...Et nullement responsables des décisions du gouvernement qui refuse de les entendre...
Un médecin est un être humain,et il a droit à une vie privée,il ne peut pallier aux défaillances d'un système,
ton mari mérite amplement sa retraite,même si sa conscience le tourmente...
Pascale

Carole a dit…

Bon courage pour trouver un remplaçant. Je vois très bien ce que tu veux. Mon médecin ne travaille pas le samedi et arrête sa journée à 18h. Mon dentiste ne travaille plus le mercredi après-midi et un samedi sur 2.
Bises

nadie a dit…

bien dit!

j'espère que vous trouverez quelqu'un afin de passer de bons moments ensemble.
doux week end.
bises

florence a dit…

çà me met dans une rogne pas possible ! Mais quand ce pays va-t-il arrêter de régresser ? je relaie sur mon blog, on peut tout essayer .....

téï a dit…

Je comprends bien cela, j'ai bien deux futurs médecins sous la main mais une dans une autre spécialité, le deuxième qui ne déteste pas la médecine gé, en 5ème année, donc encore attendre...et le concours toujours aussi fermé!mon médecin de famille est parti, lassé de tout cela, avant l'âge de la retraite, en s'excusant presque auprès des gens qu'il aimait bien.Il y a de plus en plus de burn out...mais pas facile non plus d'obliger les jeunes à s'installer dans des endroits où il n'y a pas de travail pour leur conjoint, mon fils a pourtant la vocation (depuis qu'il a 5ans) mais sa compagne adore son métier, une solution existe-t-elle?

Carole a dit…

Il faudrait réellement que le gouvernement prenne conscience de la situation dramatique!!! Je vais en parler à mon toubib de frère neurologue...peut-être un confrère intéressé... Quant à lui il ne dort que 5h par nuit sans compter les gardes, les astreintes,les urgences...ET la paperasserie!!!!! vive le milieu hospitalier!!!!!!!Pour sa part,il n'en peut plus...mais adore son métier... Carole

barby a dit…

Je t'avais écrit un long message et je ne sais pourquoi il n'a pas été publié.Je recommence ...à peu près.
Je te disais que je comprenais votre malaise , vos réflexions. Maman , 90 ans , panique à l'idée que son médecin soit sur le point de s'arrêter.Deuxième expérience : j'arrive un jour en salle d'attente de mon médecin , si précieux pour moi, et je lis sur la porte : "fin de mon activité à la fin du mois" : elle ne m'avait rien dit : elle savait le choc que cela allait me faire. Et enfin troisième réflexion : ma fille (41 ans maintenant) avait toujours voulu faire pédiatre mais elle est arrivée au moment où l'orientation en médecine était bouchée : on en paie le prix et ce sera long à combler!!!
Et enfin , il n'y a pas que les jeunes : le médecin de mon mari (plus de 50 ans ) prend une semaine toutes les vacances scolaires et est absent régulièrement pour son activité sportive!!!!
Bon courage à vous! J'adore enfin la photo!

Asht a dit…

Même chose par ici, et nous ne sommes qu'à 10mn de Douai, ce n'est pas ce que j'appelle une campagne profonde. peut être serait-il temps que le ministère grossisse les quotas d'entrée en médecine, comme en chir-dent ou tous les autres métiers de santé. Bon courage

esprit du linge a dit…

Je ne suis pas étonné, la médecine n'est plus ce qu'elle était.....maintenant ils veulent la ville, le confort..... le médecin de campagne n'existera plus dans quelques années.....Où se trouve la vocation de ce métier..... il n'y a que le fric et ton confort. Mon père était chirurgien et il me disait "La vraie médecine c'est fini".. c'était il y a 30 ans, comme il avait raison.

Aurélia a dit…

Paf ! bien dit !!! çà ne doit pas être une période facile pour vous deux... j'espère vraiment qu'une solution sera trouvée pour les patients du village... gros bisous Régine !

Lumières&papiers a dit…

Difficile de concilier le besoin des patients et le respect de sa vie, difficile de "se plaindre" alors que nous sommes des catégories "privilégiées", difficile de trouver encore l'envie et l'énergie de s'oublier pour ses patients quand "la paperasse" nous étouffe et nous fait rogner le temps que nous préfèrerions consacrer aux rapports humains...médecins, pharmaciens, infirmiers et autres professionnels de la santé en viennent à douter.
Je vous souhaite de tout mon coeur de trouver un successeur habité d'une belle énergie pour que vous puissiez profiter de la vie après des années consacrées aux autres.
Bonne fin de we

Sara Bagés a dit…

Aujourd'hui il y a de mal à valorer ces professions qui ont besoin de dédication, d'amour, de patience, d'empatie envers les autres...c'est comme les professeurs...Courage.
Bisous.

Marie-Noëlle a dit…

Qu'il est loin ce temps où nous pouvions trouver un médecin à toute heure, le soir, la nuit, le weekend ! Je rends hommage à tous ces hommes qui ont fait de leur métier un véritable sacerdoce, se dévouant pour leurs patients. Ma fille, a été très gravement malade bébé et c'est grâce à l'un de ses hommes, notre médecin de famille , parti à la retraite depuis, qu'elle a été sauvée. Mon frère est médecin cardiologue et débordé de travail. Il part le matin à 6h de chez lui, ne rentre jamais avant 21h30 et c'est pour faire de la paperasserie, travaille un weekend sur deux et ne prend qu'un semaine de vacances par an. Il est dévoué à ses patients mais frise le burn out total. Depuis 3 ans maintenant, ses deux associés et lui même en cherchent un autre suite au décés de leur associé précédent. Malgré des recherches plus qu'actives, impossible de trouver. Tout le travail lié au patients de ce médecin décédé reviennent donc à la charge des trois autres qui n'en peuvent plus. Mon frère est allé manifester à Paris... Comment en est on arrivé là en France ? Comment depuis des années bloque t'on autant l'accès aux études de médecine ? Pourquoi tant de jeunes décident-ils d'aller faire leurs études de médecine à l'étranger ? etc etc..... En ce qui vous concerne tous les deux, ton mari et toi, je souhaite vraiment et de tout mon coeur que ton mari trouve un remplaçant. Je devine tout à fait ses états d'âme à laisser ses patients, mais nous sommes tous humains et il a droit à du repos et à une vie privée à partager avec toi et le reste de votre famille. Je t'envoie mille pensées affectueuses et t'embrasse. Marie *

catherine a dit…

je viens du blog de Goumy, je ne suis pas une lectrice de ton blog, car je ne le connais pas, j'en suis désolée, mais j'aimerais mettre mon grain de sel dans les commentaires, je suis médecin, (études commencées en 1973, le numérus clausus existait déjà..) j'ai été généraliste 4 ans (après de nombreuses années de remplacements) mais à la naissance de mon n°4, j'ai arrêté et fait de la médecine salariée..la médecine générale est très compliquée pour les jeunes femmes..(de plus mon mari est spécialiste, 13 h de boulot par jour, burn out suspendu au dessus de sa tête)et je comprends que les jeunes médecins d'aujourd'hui ne s'installent pas (surtout en ce moment, avec ces histoires de tiers payants..), la vocation ne tient pas longtemps lorsque les longues journées vous épuisent, le travail stressant, l'urssaf ou la carmf vous mettent le couteau sous la gorge..
Je suis vraiment désolée pour ton époux, et surtout pour tous les patients, tous les malades qui un jour trouveront porte close, chez vous, ou ailleurs..la même sort guette mon époux..
bonne soirée!

irma a dit…

C'est sûr que quand on est concernée comme toi et que l'on voit le pb de l'intérieur, c'est difficile à supporter. Cela fait des années que le nb de médecins augmente mais pas assez car en même temps quand ce sont des femmes, elles exercent parfois à mi-temps, il en faudrait donc plus pour le même nb de postes. Quand mon fils a commencé médecine il y a maintenant un certain temps, on savait qu'on allait manquer de médecins...

Souslamargelle a dit…

Quelle situation infernale!! Je comprends vos soucis. Après on ne peut pas rester au service des autres jusqu'à la fin de ses jours.
On ne peut pas toujours 'tout' porter. Courage.

la prunelle a dit…

Toi c'est dans le médical, moi, c'est dans le social et c'est tout pareil!
Je t'envoie tout le courage et la bonne humeur possible...
Et je te dis... si monsieur reste, le souci se représentera après avec la même acuité, alors....
Vaut mieux trouver une solution dès maintenant!
Bisettes

Catherine Grenier a dit…

Bon courage a vous , penser à votre vie .
Bis Malou .

Catherine Grenier a dit…

Bon courage à vous 2 , penser à votre vie
Bis
Malou

ANNICK DOMAGES a dit…

Je suis allée hier chez "Hors Saison" qui est pour moi une des plus belles boutiques du Nord (je vis au Havre) et trouvé d'adorables petits stickers. Christine m'a alors dit d'où ils venaient. Et sur ses conseils je suis allée sur votre blog que je ne connaissais pas. En effet très sympa, j'y retournerai.
J'en profite pour partager avec vous ce ressenti de la médecine. Même désert médical au Havre et ce n'est pas la campagne !
Notre ministe de la santé fait tout ce qu'il faut pour y contribuer malheureusement.
Mon mari qui est spécialiste va prendre sa retraite dans 2 ans ainsi que quelques confrères et il n'y aura personne pour les remplacer, c'est en effet très inquiétant. Notre fils qui va passer l'internat à Douai en mai reviendra en province mais de là à s'installer ?
Le système est en danger Et c'est bien dommage !
Essayez de bien profiter de votre retraite, les médecins la méritent bien ! Très bon WE
Annick