lundi 1 juin 2015

  


Hello juin ! 
Hello soleil !
Hello Régine !
viens nous cueillir
on se donne un mal fou à fleurir
et tu nous laisses crouler sous la pluie
(le jardin)



C'est chose faite
 quelques jolis bouquets sont entrés dans la maison
et éviteront cette pluie.





Je voulais vous montrer un peu de mes
bricoles, je prépare une déco
pour un concert au jardin chez une amie.


Trouvé sur pinterest
vous y trouverez le tuto


mais je vais faire beaucoup plus simple,
au goût de mon amie





loin d'avoir terminé
il reste encore beaucoup de découpage.

C'est la première année que 
la fête des mères de m'inspire pas assez
pour publier un billet,
plusieurs personnes proches et même très
proches n'avaient pas le coeur à la fête
alors moins non plus.

(Lynda LEMAY)
Une mère 
Ca travaille à temps plein 
Ca dort un œoeil ouvert 
Une mère
C'est d'garde comme un chien
Ca court au moindre petit bruit
Ca s'lève au petit jour
Ca fait des petites nuits.
C'est vrai
Ca crève de fatigue
Ça danse à tout jamais une éternelle gigue
Ça reste auprès de sa couvée
Au prix de sa jeunesse
Au prix de sa beauté.

Une mère
Ca fait ce que ça peut
Ca ne peut pas tout faire
Mais ça fait de son mieux.

Une mère
Ca calme des chamailles
Ca peigne d'autres cheveux que sa propre broussaille.

Une mère
C'est plus comme les autres filles
Ca oublie d'être fière
Ca vit pour sa famille

Une mère
Ca s'confie nos bercails
C'est pris comme un noyau dans l'fruit de ses entrailles

Une mère
C'est là qu'ça nous protège
Avec les yeux pleins d'eau
Les cheveux pleins de neige

Une mère
A un moment, ça s'courbe,
Ca grince quand ça s'penche
Ca n'en peut plus d'être lourde
Ca tombe, ça se brise une hanche
Puis rapidement, ça sombre
C'est son dernier dimanche
Ca pleure et ça fond à vue d'oeil
Ca atteint la maigreur des plus petits cercueils
Oh, bien sûr, ça veut revoir ensemble
Toute sa progéniture entassée dans sa chambre
Et ça fait semblant d'être encore forte
Jusqu'à c'que son cadet ait bien r'fermé la porte.

Et lorsque, toute seule ça se retrouve
Ça attend dignement qu'le firmament s'entrouvre
Et puis là, ça se donne le droit
De fermer pour la première fois
Les deux yeux à la fois.

Une mère
Ca n'devrait pas partir
Mais on n'y peut rien faire
Mais on n'y peut rien dire.

(impossible de ne pas pleurer en écoutant cette chanson)











photos prises à Bruxelles










à bientôt ! 




8 commentaires:

Florence a dit…

Merci

Anonyme a dit…

Merci pour ce très joli post!
Je t'embrasse Régine.
Anne-Michèle

Sophie a dit…

Je te souhaite une bonne semaine avec tes jolies créations
Bisous
Sophie

laetitia a dit…

coucou Régine, merci pour ces jolies photos, je vois que tu prépares encore de belles choses.... et ton bouquet est superbe ( si tu as des graines, des pousses etc... penses à moi ) c 'est vrai que cette chanson est superbe mais difficile à écouter, je pleure à chaque fois!!
A bientot, j'ai bien envie d'aller faire un tour chez Christine ....
Bises
Laetitia

Françoise de M a dit…

Quel bonheur d habiter la campagne !!! en ville , les fleurs sont dans un seau et vous disent :achete moi !je serai plus belle chez toi !!
Bien note le tutto , je trouve que c est un tres joli decors de table d ete , tout simple !!
Vos mains de fee ont encore donne libre cours a votre talent , bravo ,ces petits pavillons sont ravissants !
La fete des mamans a toujours un petit cote nostalgique , quand on a plus sa maman .J aime bien la chanson de Marie Laforet sur les mamans 9MOIS DE SILENCE je ne pense pas que ce soit le bon titre , mais elle est tres emouvante aussi !!!!
Grosse bises du sud . Francoise

Monique G. a dit…

Difficile de ne pas verser une larme en écoutant cette si belle chanson de Linda Lemay.
Bravo pour tes créations, je vais aller voir ce tuto, je trouve cela très joli.
Douce soirée et belle semaine
Monique

Sara Bagés a dit…

Merci pour ce beau poème, pour ce billet chargé de belles idées.
Bisous.

christine a dit…

Rosalie et sa classe nous l'ont chantée pour la fête des mamans ...
Je te laisse imaginer le déluge ...