jeudi 24 septembre 2015

C'était déjà comme ça ......


En octobre, il y a deux ans
j'écrivais ces mots :

les douleurs
 j'ai un mot à vous dire :
je vous connais depuis longtemps sans doute trop
mais cette fois, 
je vous préviens je ne vous supporte plus.
Vous me rendez la vie impossible.
Vous résistez à touts les bons remèdes
 que l'on vous propose.
Je vous ai présentés les hommes les plus compétents
(pas toujours bons, mais ça je n'y peux rien)
mais vous n'avez peur de rien, effrontées, 
déchaînées, rebelles, insupportables.







(Aujourd'hui seules ces lignes ne sont plus d'actualité
puisque je ne me souviens pas de pause réelle depuis
maintenant bientôt un an.)

 Vous étiez devenues plus calmes
 durant quelques semaines, 
et vous revoilà !
en tempête, en festival.
Calmez s'il vous plaît, 
vous frappez plein de gens,
vous êtes intrusives.
Vous voulez la guère, elle est déclarée.


Je vais gagner ou perdre, elles ne se battent pas, elles !
elles s'invitent, s'installent 
elles sont chez elles, gagnent de plus en plus de pièces,
(je vais bientôt habiter un studio ...)
plus beaucoup de centimètres carrés où elles ne sont pas !

Voilà, vous savez les raisons de mes silences de plus en plus 
fréquents, parce que je suis épuisée.
J'opterai volontiers pour FB parce que c'est plus rapide,
mais je laisse mourir le blog, c'est peut être un peu moi que je laisser mourir.
Alors je continue à passer avec mes bouts de tissu, mes mots, et mes maux.

petit méli-mélo petit méli-mélo petit méli-mélo petit méli-mélo petit méli-mélo

Avec un bout de lin blanc, un pochoir
j'ai fait un petit caba tout carré tout joli
juste pour décorer




L'automne s'installe dans la maison
j'adore le houblon 
lorsqu'il a cette jolie couleur





un cinquième prénom s'ajoutera mi janvier,
je vais changer de tableau, mais quelle taille ? ....

Des bavoirs et encore des bavoirs
pour quelques petites commandes
et bien entendu pour le ou la cinquième
(surprise surprise !)














Un peu de toile à beurre
un petit transfert
un fil lumineux








Un peu du sud .......


A bientôt.
Merci à toutes  de vos visites 

12 commentaires:

Laurence W a dit…

Un billet tout en contraste , la vie ponctuée de douleurs et de petits bonheurs qui contrebalancent .... Je ne peux prendre vos douleurs mais je pense à vous.

irma a dit…

Ça me fait tellement de peine quand je lis tes douleurs et que je suis impuissante...
Tout ça de petits-enfants, mais je vois déjà 5 prénoms! Tes posts sont toujours un régal.
Gros bisous, je pense bien à toi.

Sylvie a dit…

Malgré la douleur, malgré les douleurs, vous continuez vos bouts de tissu pour ce bébé à venir , il sera bien gâté et entouré. De douces pensées. Sylvie

sophie a dit…

Que te dire ? Que je sais ce qu'est la douleur pour la vivre aussi mais chaque douleur est personnelle ! Mon médecin m'a encore dit " faut faire avec" ! Je lui aurait bien répondu et vous savez vous ce que c'est ?
Je te souhaite tous ces petits détails qui font "oublier" et qui nous font sourire
gros bisous à toi
Sophie

nadie(nad.bourgeois@orange.fr) a dit…

chaque belle création est une victoire sur la douleur mais la guerre semble sans fin.
tu nous fais partager de bien jolis posts et hélas personne ne peux partager tes douleurs.
aucune parole ne peut te réconforter physiquement amis j'espère que les petits mots te font au moins un peu chaud au cœur.
amicales pensées pour toi.
bises

Anonyme a dit…

Les douleurs sont sournoises. Elles vont et viennent plus ou moins douloureuses !
Les miennes sont différentes des vôtres mais c'est là ancré en moi et elles ne me quitteront
jamais !
Pour les adoucir un peu, j'ai trouvé un remède efficace : visiter les blogs dont le vôtre que j'apprécie beaucoup !
Merci à vous de nous faire partager vos passions (moi, je n'en ai pas le courage)
Amitiés

Christelle a dit…

Bien sur, je n'aurais pas la prétention de guérir tes maux ou de faire fuir tes douleurs mais sache que les poser sur ce blog au milieu des moments heureux,des jolies images et de quelques sourires que tu partages si généreusement, cela doit tout de même te faire du baume au coeur. J'ai toujours plaisir à te lire et te visiter, garde ces pages au cas ou l'envie te reprendrait...

Monique G. a dit…

Les douleurs je connais cela, aussi je te comprends.
Heureusement qu'il y a des petits et grands bonheurs qui font un peu oublier tout cela.
Jolies tes créations.
Bises et doux week-end
Monique

Carole a dit…

Je te souhaite plein de courage. J'espère que la guerre que tu mènes contre ces douleurs finira par être remportée. Je compatis, je n'ai qu'une tendinite au coude droit depuis janvier et je suis bien malheureuse de ne pas pouvoir bricoler comme je le voudrais. Plein de bisous

Sara Bagés a dit…

Je souviens ce billet et je vois que cela continue, alors courage l'important est faire comme toi se soigner et leurs faire face...difficile de gagner la bataille, alors c'est mieux apprendre à vivre avec eux?! D'ailleurs il y a la vie et ces belles choses que tu nous montres aussi. J'adore ce pochon automnale avec sa lumière dedans.
Gros bisous de ma part.

Franjo melfest a dit…

Lorsque ma petite fille était petite ( il n y a pas si longtemps) elle faisait des cauchemars,des crocodiles la terrorisaient.... nous avons dessiné un crocodile et nous l avons "grabouille" gronde et déchiré et enfin jeté à la poubelle !!!! Depuis ma petite Louise ne fait plus de rêves qui font peur !!!!! C est un sacré tuyau non ? Essayez chère Régine avec ces maudites douleurs .....Peut-être que ça marchera avec vous , ici ce n est pas évident .... mais on y croit... Toujours de belles images et de belles idées. Prenez soin de vous et faîtes vous des petits plaisirs .... bises du Sud . Françoise

la prunelle a dit…

Euh, j'arrive tard après la publication de ton billet... Mais je te lis et ooooh, cela continue à t'épuiser toujours et toujours...
Mais je lis que ta motivation à créer de jolies et si belles choses est plus forte que tout et elles n'ont qu'à bien se tenir ces douleurs !
Il faut faire avec et c'est désagréable mais elles n'entament pas ton esprit créatif ! Au contraire, cela le décuple.
Alors rendez-vous prochain pris chez Christine, OK?